Auditions sur Liege Airport au Parlement de Wallonie :  des conclusions profondément décevantes.

Au moment même où se clôturait l’enquête publique concernant l’Etude d’Incidences sur l’Environnement pour l’extension de Liège Airport, se tenait au Parlement de Wallonie le séance concluant les auditions qui ont fait suite à notre pétition.

C’est d’abord le Ministre Dolimont qui s’est exprimé. Il a affirmé la nécessité d’un équilibre entre activité économique et vie des riverains.  Mais d’une part, il n’a repris aucune des propositions que nous faisions allant en ce sens.  Et d’autre part, il a proposé une lecture totalement biaisée de certaines auditions, assénant de terribles contre-vérités, comme le fait que la fermeture de l’aéroport la nuit serait pire pour la santé des riverains (c’est exactement le contraire), ou que 93% des emplois liés à l’aéroport seraient à temps-plein (alors que ce taux est de 65% pour l’ensemble des emplois directs) et de qualité (alors que le travail de nuit est reconnu comme mauvais pour la santé par diverses études scientifiques). Il a également minimisé les plaintes reçues alors que celles-ci sont en forte hausse. Enfin, quelques jours après un rapport du GIEC nous intimant d’agir dans les 3 ans, il a totalement fait fi de l’impact climatique de l’aéroport qui pourtant annule tous les efforts de réduction des GES au niveau wallon comme démontré par un des chercheurs auditionnés.

Après des prises de position des différents partis, c’est ensuite un rapport fort décevant qui a été adopté par la majorité (avec abstention des autres partis) puisqu’il demande “que le Gouvernement de Wallonie applique l’ensemble des mesures prévues dans la déclaration de politique régionale relative aux infrastructures aéroportuaires, à leurs zones économiques connexes”. Cela signifie concrètement la poursuite de leur développement puisque la DPR affirme “Les investissements qui ont fait l’objet d’une décision du Gouvernement seront poursuivis”. Cette déclaration demande également un “encouragement des aéroports wallons à se doter, dans la mesure du possible et en tenant compte du contexte international, d’objectifs ambitieux quant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre liées à leurs vols” mais l’on se demande bien de quoi il pourrait s’agir dès lors que leur croissance va se poursuivre. Notons quand même les demandes suivantes “le respect des conditions du permis d’environnement et l’application effective des normes de bruit” et le soutien à “toute initiative de la société de gestion de l’aéroport de Liège visant à réduire l’atterrissage et le décollage de vols de nuit et des aéronefs les plus bruyants.

Pour Luc Joachims, riverain et déposant de la pétition, “Nous sommes heureux d’avoir permis d’ouvrir le débat mais manifestement les riverains ne sont pas entendus. Ce qui est annoncé c’est un doublement des vols, la poursuite des vols de nuits, aucune limitation des avions les plus bruyants et même la hausse du nombre d’avions “heavy” comme les boeing 747-400, et la bétonisation de 320 hectares. Tout cela va rendre la vie infernale à des dizaines de milliers de personnes”.  

Pour Pierre Eyben, président de l’association d’éducation populaire ‘A Contre Courant’ à l’initiative de la pétition: “Ces conclusions constituent une déception pour nous.  Notre Région s’entête à mettre beaucoup d’argent public dans une mono-culture économique nuisible pour l’environnement et qui nous prépare demain une catastrophe sociale majeure.  Que se passera-t-il si demain les vols avec la Chine sont interdits comme le sont ceux avec la Russie ? Nous demandons à la ministre Céline Tellier, en charge de l’environnement, de bloquer ce projet.”  

Vidéo des conclusions au Parlement de Wallonie

One thought on “Auditions sur Liege Airport au Parlement de Wallonie :  des conclusions profondément décevantes.

  1. Baré

    Cette affaire dépasse la Belgique, il faudrait agir au niveau européen, mais sans compter sur l’UE puisque c’est Michel qui a signé le contrat (dont la population ignore les clauses d’ailleurs…. notamment en termes de rupture de contrat avec les Chinois dont les exigences sont particulièrement gratinées suivant divers exemples). Il faudrait alerter les partis politiques des différents pays, car c’est bien sûr accepter une concurrence faussée et terrible pour tous les européens et leurs emplois, bonheur de vivre. Aussi certains médias et lanceurs d’alertes. A l’heure où tout le monde comprend qu’il faut réindustrialiser pour diminuer ses dépendances l’idéologie du néo-libéralisme continue à faire le jeu de l’invasion par le soft-power des chinois et autres amateurs.
    C’est le parti écolo qui était au gouvernement et qui n’a pas démissionné devant une telle catastrophe pour la pollution urbaine et nationale qui est responsable depuis le début !

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *